Facebookinstagramflickr

On a tous déjà essayé de prendre une photo avec le soleil dans le viseur ! Au moins une fois. Et vous y avez peut-être renoncé depuis… Et pourtant, il existe certaines techniques pour éviter les ciels cramés, surexposés et les premiers-plans bouchés, sous exposés. Je vais vous présenter 5 techniques pour enfin oser prendre vos photos à contre-jour !

 

1. Pourquoi c’est difficile de prendre une photo à contre-jour ?

Vous êtes à contre-jour lorsque votre sujet est éclairé par derrière, que ce soit en lumière naturelle ou non ! Pour comprendre le challenge de ce type de photographie, il faut comprendre ce qu’est une plage dynamique.

L’écart entre la luminosité des hautes lumières et des noirs représente cette plage dynamique. Plus votre image est contrastée et plus votre plage dynamique est importante. Donc forcément, lorsque vous êtes à contre-jour, la plage dynamique est très grande.

Il faut ensuite savoir que notre œil est beaucoup plus performant que le capteur de notre appareil photo. Une plage dynamique peut se calculer en EV (si vous avez lu l’article sur l’exposition vous savez ce que ça signifie !) ou en db. Pour convertir des db en EV il suffit de diviser par 6. Donc 66 db équivaut à 11 EV.

Ça peut paraître abstrait comme ça mais on va en venir aux faits. Notre œil est capable de distinguer 24 EV. Votre appareil photo a ses propres capacités, en général aux alentours de 12 EV. Vous comprenez maintenant que lorsque vous choisissez votre boîtier, vous devez prendre en compte ses plages dynamiques ! Ils seront exprimés le plus souvent en db, qui correspond finalement aux capacités du capteur.

Même l’appareil photo le plus performant qui soit ne suffit pas à photographier un contre-jour…

 

2. Photographier des ombres chinoises

La facilité à contre-jour, c’est de photographier en ombres chinoises. Votre sujet sera alors parfaitement noir, sur un fond exposé correctement.

Pour réaliser ce type de photo, vous devez soit être en mode manuel et choisir vos réglages de façon à avoir un fond correct et un premier-plan bien noir. Ça peut ensuite être amélioré en post-traitement.

Ou bien vous sélectionnez un mode semi-automatique (priorité ouverture ou priorité vitesse), et vous sélectionnez le collimateur le plus adapté pour que les réglages se calculent sur votre fond.

Vous imaginez déjà le problème… Si votre collimateur calcule l’exposition sur le fond de votre image via votre collimateur, il va également faire sa mise au point à cet endroit et c’est rarement le mieux ! A vous alors la découverte de ce petit bouton avec une étoile ou bien le bouton AE-L pour Auto Exposure Lock :

Ce petit bouton magique va vous permettre de bloquer les paramètres calculés par l’appareil pour faire l’exposition sur le fond, ce qui va vous permettre de faire votre mise au point dans un deuxième temps à un autre endroit sans perdre vos réglages !

Photographie en ombres chinoises
Photographie en ombres chinoises

 

3. Déboucher les ombres à la prise de vue

Pour réduire la plage dynamique dès la prise de vue, il est possible d’éclairer le premier-plan à l’aide d’une lampe, d’un réflecteur ou d’un flash pour déboucher les ombres. C’est possible autant en portrait qu’en photo de paysage. Par contre il est compliqué de flasher un premier-plan trop étendu sans détériorer le rendu.

C’est une bonne technique lorsque votre premier-plan est assez proche de vous.

 

4. Déboucher les ombres en post-traitement

Il est aussi possible de déboucher les ombres artificiellement en post-traitement à condition que les ombres ne soient pas complètement bouchées, c’est-à-dire pas complètement noires. Il suffit de pousser les curseurs des ombres et/ou des noirs pour les surexposer.

La contre-partie de cette technique, c’est que la qualité de votre image peut en pâtir. Les ombres fortes perdent en netteté et en détails lorsque vous les surexposez en post-traitement. Pour perdre le moins possible en qualité, exposez votre image à droite lors de la prise de vue. La photo doit être légèrement surexposée, en prenant soin de ne pas cramer les hautes lumières. Ensuite et surtout, enregistrez et traitez vos images en format raw !

 

5. Bracketing et HDR

Une des astuces les plus connues pour avoir un fond ET un premier-plan correctement exposé, c’est la technique HDR.

HDR pour High Dynamic Range

C’est une technique qui permet de mélanger plusieurs images exposées différemment pour obtenir une seule image avec un contraste très fort. Vous pouvez demander à votre appareil de prendre en rafale ces différentes photos avec différents réglage. Vous prenez alors vos photos en bracketing.

L’HDR est une technique très utile et justifiée dans le cas d’un contre-jour. Si c’est une technique si populaire c’est parce qu’elle est assez simple à appliquer. Vous prenez 3 photos à 3 expositions différentes (une à -1 EV, une à 0 EV et une à +1 EV par exemple). Puis vous les fusionnez à l’aide d’un logiciel de post-traitement. Lightroom le fait très bien, c’est le logiciel sur lequel je traite toutes mes photos.

Il faut savoir qu’après un traitement HDR, vous allez perdre en qualité. Des aberrations chromatiques et du bruit feront certainement leur apparition sur votre image finale. Essayez donc de prendre vos images à ISO le plus bas possible. Et encore une fois, photographiez au format raw. C’est globalement valable à chaque fois que vous aurez à post-traiter vos photos.

Photo en HDR
Photo en HDR

 

6. Blending sur Photoshop

Le blending est de loin la technique que je préfère mais elle est plus difficile à exécuter. Il faut un logiciel de retouche photo assez poussé, si possible avec utilisation de calques (Photoshop ou Gimp qui est gratuit).

Comme en HDR, vous allez devoir prendre plusieurs photos à différentes expositions. Il faut autant de photos qu’il faut d’expositions différentes. Au lieu de fusionner vos photos pour obtenir une image hyper-contrastée par un algorithme automatique, vous allez choisir quelle partie de quelle image vous allez conserver (d’où l’intérêt des claques !).

Photoshop est un bon outil pour ça ! Gimp a l’avantage d’être gratuit et vous permettra à peu près le même rendu. Dans l’exemple en dessous, j’avais une photo avec un ciel correctement exposé, et une photo avec un premier plan correctement exposé. J’ai décidé de conserver le ciel de la deuxième photo et l’avant-plan de la première pour obtenir mon image finale.

Le rendu final est beaucoup plus qualitatif qu’en HDR ! Si vous faites attention à votre détourage, vous ne perdrez pas du tout en qualité sur votre rendu final.

Mode M – 15 mm ; f/14 ; 4s + 1/4s ; ISO 100
Paysage en blending

 

7. Pour aller plus loin

Les photos à contre-jour sont techniquement difficiles. On vient de le voir, il n’y a rien d’évident dans ces prises de vue. Mais maintenant que vous connaissez ces astuces, osez ! Le contre-jour, lorsque c’est bien réalisé, est très esthétique. C’est une force dans vos photos, autant en portrait, qu’en photographie de paysage, qu’en photo de rue, voire même en macro !

Des tutos sont en préparation pour vous apprendre à utiliser le bracketing de votre appareil, pour réaliser des HDR sur Lightroom et du blending sur Photoshop ! La théorie c’est une chose, la pratique c’en est une autre ! Je vous prépare donc plein d’exercices que vous pourrez appliquer chez vous avec votre appareil.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou des remarques ! Aussi si vous rencontrez des problèmes lors de vos prises de vue,je pourrai vous répondre directement voire rédiger des articles sur le sujet.

D’ici le prochain épisode, photographiez bien ! Je suis toujours présente sur Facebook, Instagram, FlickR et Twitter 😉

Facebookinstagramflickr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :